Workshop animé le 6 septembre 2019 par Manuel Mallen, fondateur et président de la maison Courbet

 

Manuel Mallen a créé Courbet en mai 2018. Installée en étage place Vendôme, sa marque de bijoux en diamants synthétiques et or recyclé se positionne comme la « première marque écologique de la Place Vendôme ».
Après avoir passé vingt-cinq ans dans le groupe Richemont – chez Piaget, puis chez Baume & Mercier -, Manuel Mallen a dirigé Poiray. Depuis l’an dernier, il s’est lancé dans une nouvelle aventure.

Manuel Mallen s’est inspiré du tableau « L’origine du monde » de Gustave Courbet pour baptiser sa société en hommage à ce peintre au tableau controversé, qui aujourd’hui encore ne peut être publié sur les réseaux sociaux. S’il a installé son showroom place Vendôme, c’est bien dans une démarche quelque peu disruptive. Depuis mai dernier, une boutique Courbet est aussi ouverte dans le grand magasin parisien Printemps Haussmann.
Courbet ne propose qu’un type de bijoux précieux, qui associent or et diamants. Mais uniquement de l’or recyclé et des diamants de synthèse, même si Manuel Mallen réfute l’appellation officielle pour ces diamants, qu’il préfère nommer « de culture » ou « de laboratoire ».

 

diamants-synthetiques-courbet

 

Les diamants synthétiques possèdent les mêmes caractéristiques physiques que les diamants naturels, ils sont constitués de carbone à 100%. Ils sont produits en laboratoire, suivant deux techniques : la méthode HPHT (Haute Pression Haute Température) et la méthode CVD (Chemical Vapor Deposition ou dépôt chimique en phase vapeur en français). Les diamants Courbet sont produits de manière éco-responsable, aux Etats-Unis à travers le solaire et en Russie via l’hydraulique. « Il est vrai que ces techniques consomment beaucoup d’énergie, reconnaît Manuel Mallen, mais les diamants naturels sont extraits de mines peu écologiques ».

 

C’est aux nouvelles générations, sensibles à la préservation de l’environnement et à une démarche responsable, que s’adresse la maison Courbet. Elle mise sur les Millenials confrontés à l’achat d’une bague de fiançailles, qui se laissent séduire par l’idée d’un bijou en or recyclé et diamant synthétique : à la fois moins onéreux qu’en diamant naturel et qui correspond à certaines de leurs valeurs.
La maison Courbet s’adresse directement au grand public. Que ce soit dans son showroom, dans les grands magasins ou, depuis peu, sur internet.
Aujourd’hui, elle travaille sur un projet de réalité augmentée qui permettrait d’essayer un bijou de manière virtuelle, par le biais d’un smartphone. L’autre grand projet initié par Manuel Mallen est de faire travailler uniquement des Français pour la maison Courbet et notamment, d’ouvrir un jour une manufacture de diamants de laboratoire dans le Sud-Ouest.

 

diamants-synthetiques-tendances