De la naissance des relais colis (points relais) à nos jours

En termes marketing, le relais colis est un distributeur, celui qui gère la distribution de la marchandise au client final.

La Redoute qui, dès l’année 1928, lance l’activité de vente par correspondance, rachète en 1973 la société SOGEP qui a vu le jour en 1969. A cette époque, et pour pallier les livraisons postales de colis à domicile troublées par les grèves, SOGEP (future société « Relais Colis ») met en place l’activité « relais colis » ou « points relais », et organise la distribution de ses colis dans les commerces de proximité intéressés par l’activité de relais colis. Les points relais installés dans les commerces de proximité vont vite se multiplier, en réaction à l’essor de la vente par correspondance, développée par La Redoute et les 3 Suisses.

On constate que la distribution en relais colis est antérieure à la croissance de l’e-commerce, même si la répercussion du développement accru de ce dernier débouche sur un épanouissement et une multiplication conséquente de ces relais colis. L’e-commerce est une des résultantes de l’éclosion d’internet et de l’univers du numérique, modifiant principalement les habitudes d’achat, rendant les clients exigeants sur la qualité et le prix des produits, sur le délai et le mode de livraison : express, 48 heures Chrono, à domicile ou en relais colis, etc. La méthode d’achat se modifie, tous les produits sont à disposition, amplifiant le nombre de commandes internet, et par répercussion, le nombre de colis en points relais ou livrés à domicile.

Le relais colis, participe à la logistique urbaine de la ville

En 1990, le gouvernement se pose des questions sur l’évolution de la logistique urbaine, incluant la problématique du dernier kilomètre, parcouru par les colis issus du e-commerce. Dans ce cas, les points relais (relais colis) ne sont pas l’objectif final du colis puisque ce dernier kilomètre sera effectué par l’acheteur, client du e-commerce, lorsqu’il se rend du relais colis à son domicile, ou autre lieu de son choix.

L’activité de « livraison hors domicile » (LHD) se transforme pour s’adapter à une clientèle toujours grandissante. Les relais colis sont identifiés comme « Espaces Logistiques Urbains » (ELU), établissant un certain type d’organisation dans la distribution des colis. Ces ELU se matérialisent chez différents types de commerces de proximité, des services après-vente de super discount mais aussi et de façon plus récente, des consignes automatiques sous la forme de casiers à numéro qui s’ouvrent avec un code uniquement à la date où le colis est livré mais qui fonctionnent 24 h/24 et 7 j/7, essentielle différence avec les relais colis installés chez les commerçants.

La ville de Toulouse (France) a lancé des études de façon à analyser le réseau formé par les points relais (relais colis), également appelés points de livraison. Véritable enjeu pour la ville, celle-ci souhaite que ces informations convergent vers un « Plan de Déplacement des Marchandises » (PDM) afin d’identifier les déficiences de l’implantation de ce réseau de service ainsi que pour distinguer les avantages et les inconvénients.

Quels sont les avantages à devenir relais colis ?

Les circonstances sont donc positives pour que l’activité de relais colis se développe un peu plus encore. Les principales enseignes de e-commerce se sont adaptées pour satisfaire leur clientèle sans cesse en évolution et ont multiplié les relais colis. Chaque client peut ainsi bénéficier de la proximité qu’il en attend ainsi que d’un prix de livraison inférieur à celui d’une livraison à domicile. L’amplitude horaire d’accès à son colis est plus importante qu’au bureau postal.

Pour chaque colis distribué, le relais colis touche de 0,30 € à 0,50 € pour les colis de volume et de poids normaux et un peu plus pour les colis volumineux. Ce n’est donc pas cette distribution qui génère un complément conséquent de revenus mais pour un commerce de proximité, l’activité de relais colis fournit un levier que le commerçant doit utiliser pour accroître le nombre de ses clients ainsi que son chiffre d’affaires.

Le principal avantage d’être relais colis réside dans le fait que cette activité augmente le taux de présence dans le commerce (la boutique). La clientèle est fidélisée et les nouveaux clients découvrent un commerce de proximité inconnu jusqu’au retrait de leur colis. Cette situation entraîne parfois un achat immédiat mais plus fréquemment une prochaine visite.

Quels sont les inconvénients à devenir relais colis ?

Quelques inconvénients à devenir relais colis :
• la disponibilité : il faut se rendre disponible à chaque instant et cela peut occuper ponctuellement un ou deux salariés, dont ce n’est pas la fonction première,
• l’amplitude horaire du commerce : les clients sont de tous horizons et le commerce doit être ouvert avant et après les horaires de bureaux et le samedi en journée continue,
• la fiabilité des horaires d’ouverture : une absence ou un retard peut être mal perçu.

L’activité relais colis, les principales entreprises sur le marché

Les principales entreprises occupées par la création de relais colis sont au nombre de quatre :
• Kiala : groupe UPS (2012), qui devient UPS Access PointTM en 2016 – plus de 4000 relais colis en France.
• Points Relais® : groupe Mondial Relay, filiale de 3 Suisses International – plus de 5300 points de distribution.
• Relais Colis© : société du groupe Redcats – environ 4200 points relais.
• PickUp7 : filiale de La Poste – 7800 relais colis en France.